Nazek Al-Malaika n’est plus

Depuis qu’elle faisait partie de nos programme scolaire sur la poésie Arabe, depuis que ses vers se répétaient dans nos classes, je trouvais déjà son nom poétique, il me faisait rêver, peut on espérer plus beau nom pour une poétesse :  Nazek al-Malaika (Al Malaika voulant dire Les anges en arabe), je l’imaginais avoir un air angélique, je l’imaginais flottant au dessus des mots, les manipulant délicatement, récitant ses vers d’un air rêveur, subjuguant les orateurs… je l’imaginais belle et gracieuse, douce et sensible… je n’avais jamais vus de photo d’elle… c’était ce que son nom me susurrait, c’était ce que ses