Qui est touché par la boulimie ?

La boulimie commence la plupart du temps à la fin de l’adolescence, vers l’âge de 17-18 ans. En effet, 90% des boulimiques sont des adolescents. Si l’anorexie peut toucher des enfants très jeunes, il semble que la boulimie soit plutôt l’apanage des plus grands. Environ 5% de la population adolescente en France est atteinte de troubles du comportement alimentaire, ce qui est vraiment alarmant.

L’une des raisons de cet état de fait; semble être l’influence de notre société de surconsommation; qui propose de plus en plus de choses et notamment des aliments sous les aspects les plus divers, mais ne vous apprend pas à choisir ce qui vous convient.

La boulimie, une maladie insidieuse  !

Vous devez constamment vous retenir et, à force, cela vous épuise et vous finissez par craquer. Vous devenez boulimique à partir du moment où l’envie de manger et la peur de grossir deviennent une obsession. Parmi les boulimiques, on estime qu’environ 10% sont des garçons. Ils sont moins touchés car, moins préoccupés que les filles par l’image de leur corps; ils font moins attention à ce qu’ils mangent. Mais il y a peut-être plus de garçons boulimiques qu’on ne le croit, car les garçons semblent cacher encore plus leur problème que les filles. La boulimie est encore considérée comme une maladie féminine alors qu’elle concerne aussi les garçons.

Qui est touché par la boulimie ?

Au début de la maladie, vous ne vous en rendez pas vraiment compte. Vous vous retenez de manger de plus en plus avec l’angoisse toujours grandissante de grossir, puis vous craquez en dévorant des pâtisseries, des tablettes de chocolat ou des plats sortis tout droit du frigo.

Perte de contrôle : la course à la nourriture

Lorsque vous êtes boulimique, la nourriture devient presque une drogue pour vous. C’est une véritable obsession, vous êtes prêt à tout pour en avoir. Vous essayez d’ignorer les aliments mais, à tenter de leur échapper, ils vous attirent encore plus.

De quelle manière modérer les repas du moment où on est boulimique ?

Du moment où la vie est devenue un enfer, il faut se sustenter autrement dans le but d’abréger les crises de boulimie. Il faudrait se nourrir peu, cependant s’alimenter bien, en apportant les denrées protéinées et les féculents, par petites parts. Pour parvenir à ce but, le Cookeo de chez Moulinex est un ustensile de première nécessité pour élaborer en hâte une pitance normale et bien proportionnée

Certains témoignages informent de la gravité de la maladie

« Ça y est, je ressens le besoin urgent de manger. Comment trouver une bonne excuse pour abandonner la promenade familiale? Je continue à faire comme si tout allait très bien, à sourire tout en cherchant une idée, mais ce n’est pas toujours simple de trouver un moyen de s’ échapper. Quand je dois attendre, ne fait qu’augmenter mon envie. C’est terrible, elle envie devient irrésistible. »

« Mes parents ont décidé de fermer le réfrigérateur avec un cadenas parce que, sinon je fais des crises toute la soirée et ils n’ont plus rien à manger. Mais quand ils ont fait ça et que je suis arrivée devant le frigo au moment où la crise est survenue, j’ai cru que j’allais perdre la tête tellement le besoin de manger était fort ».

Les troubles du comportement alimentaire

L’anorexie et la boulimie font partie d’une pathologie que les médecins appellent les troubles du comportement alimentaire (TCA). Ces difficultés sont d’ordre psychologique et entraînent des dysfonctionnements dans le rapport à l’alimentation. On peut reconnaître les boulimiques à trois caractéristiques majeures :

Un besoin intense et irrésistible de manger beaucoup plus que nécessaire (consommation d’aliments hautement caloriques, en un temps limité, en cachette et de façon répétée). Certaines personnes peuvent ingérer plus de 20 000 calories en une seule crise, c’est à-dire dix fois plus que ce que mange une personne en un jour ! C’est une véritable orgie alimentaire.

La mise en place de moyens pour éviter à tout prix la prise de poids liée à ces excès de nourriture (vomissements, prise de laxatifs, pratiques sportives pour éliminer les calories, régimes draconiens…).

Une angoisse terrible à l’idée de devenir gros et un fort sentiment de culpabilité et de honte après avoir subi une crise de boulimie.

Vous êtes alors poussé à accomplir des actes que vous ne maîtrisez plus. Vous devez trouver le moyen, quel qu’il soit, d’assouvir votre besoin. Tout se fait dans l’exagération et quand c’est fini, vous ne comprenez pas ce qui vous a pris. Lorsque le comportement boulimique est installé dans votre vie quotidienne, il peut vous arriver d’avoir des pulsions encore plus fortes et vous avez l’impression de devenir comme un animal soumis à ses instincts.

Partagez
Tweetez
Enregistrer