Quand elle devient belle

«L’âme du philosophe veille dans sa tête, l’âme du poète vole dans son cœur, l’âme du chanteur vibre dans sa gorge, mais l’âme du danseur vit dans son corps tout entier».

Gibran Khalil Gibran

Elle fait bien sa cinquantaine, un corps de femme qui a donné la vie, qui as vécu et en a vus d’autres comme elle dit, un sourire toujours invitant, un regard toujours brillant, une allure bien discrète au fond.

Cependant cela recommence à chaque danse, chaque fois que je la vois prendre son envol, encore et encore, comme ce papillon sortis de lui-même, étendre ses ailes qui brillent sous le soleil, elle vibre et fait vibrer son corps, dans son sourire on perçoit toute son âme et tout ce que cette musique fait comme échos au fond d’elle. Comment peut-on, en une fraction de seconde, embellir autant?

Elle ressent la musique et nous la peint, tableau enchanteur où notre regard se confond à notre ouïe, nous coupant le souffle le temps de sa courte vie. Des gestes doux et précis traduisant ce qu’est la beauté, la vraie, celle qui nait sous vos yeux et grandit, celle qui n’est nullement image plate sans reflets, mais vivante de sensations, vibrante de sentiments, sensuelle de ces charmes millénaires, où la classe est de rigueur, où la vulgarité ne peut trouver sa place, où la féminité se dévoile et prend tout l’espace d’un orient et toutes ses saveurs, complexe, riche et enchanteur.

On la regarde et on reste bouche bée, charmé et déjà conquis, par cette passion qui prend racine petit à petit, comme une graine qu’elle lance d’un des gestes de sa main et qui trouve refuge dans nos cœurs et nos imaginaires. Une passion qui se vit et se partage, une contagion dont on ne peut échapper, elle nous happe, nous avale, nous fait rêver de nouveaux espoirs : nous pourrions être belles aussi.

Mais elle, elle reste elle, une artiste et une vraie : passionnée et douée, humble et rigoureuse, respectueuse de son art, désireuse de toujours apprendre, apprendre et faire apprendre, donner à son tour, faire vivre sa passion à d’autres qu’elle, faire naître dans leurs yeux la flamme qui brille dans les siennes. Elle est née pour danser, il en a toujours été ainsi : elle dansera jusqu’au dernier jour de sa vie.

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer