Le Dobson, un télescope à l’histoire fascinante

Parmi les modèles de télescopes les plus prisés des astronomes amateurs, on retrouve le Dobson. À l’histoire fascinante, ce matériel mérite amplement sa place dans les annales de l’astronomie.

Qui était John Dobson ?

Né le 14 septembre 1915, en Chine, John Lowry Dobson est un personnage assez atypique. Avec un parcours parsemé d’incohérences et de rebondissements, c’est un grand homme qui a marqué l’histoire de l’astronomie. Arrivé à San Francisco à l’âge de 12 ans, John a vécu comme tout bon américain. Une fois adulte, il a intégré la prestigieuse université de Californie à Berkeley. John y a d’ailleurs obtenu un diplôme de chimie en 1943. On aurait pu croire qu’il deviendrait un ingénieur biochimiste ou encore technicien d’analyse chimique, mais en 1944, il a préféré se consacrer à une vie monastique dans un monastère de l’ordre Ramakrishna. Un jour, un ami lui avait appris qu’il pouvait tailler du verre lui-même. C’est ainsi que lui est venue l’idée de créer un miroir avec un hublot récupéré sur un bateau réformé de la Navy. John a assorti celui-ci d’une lentille de 51 mm afin de créer le système d’un télescope. Il s’est tellement épris de sa passion qu’il en oublia sa vie au sein du monastère hindouiste. Il faut dire que l’astronomie n’allait pas de pair avec la religion. De ce fait, après 23 ans de dévotion, il finit par être renvoyé. À 52 ans, une nouvelle vie s’ouvre à John.

Le Dobson, un télescope à l’histoire fascinante

La structure du  Dobson

Il était logique que les œuvres de John prennent son nom, bien qu’au départ, ce « MacGyver de l’astronomie » les avait nommés idewalk télescopes ou des télescopes de trottoir. Simples, mais efficaces, les Dobsons ont défrayé la chronique. Ces instruments astronomiques étaient constitués d’éléments récupérés comme des planches de contreplaqué et des hublots polis. Bref, des matériaux qui pourraient être à la portée de tous. Pour sa création, John a adopté le système des télescopes de Newton. Un Dobson est muni d’un miroir primaire concave et d’un miroir secondaire plan. Le tout est monté dans un tube optique rigide. Pour la petite histoire, le tube était si grand que John avait dû le transporter dans un minibus acheté d’occasion. En guise de support, John avait opté pour une monture azimutale improvisée pour son télescope.

Le Dobson, un télescope à l’histoire fascinante #2

L’évolution du Dobson

John Dobson n’a jamais déposé de brevet pour sa trouvaille. D’ailleurs, il n’a jamais cherché à commercialiser ses télescopes. Son but était avant tout d’offrir au plus grand nombre la chance de voir les merveilles du ciel à travers ses télescopes faits-maison. C’est Jim Braginton qui s’est chargé de la commercialisation et de la production des premiers Dobsonw industriels. Ceux-ci n’étaient plus constitués de planches de contre-plaqué et de hublots, mais de matériaux dignes de vrais télescopes. En outre, dans le commerce on peut voir des Dobsons montés sur des montures altazimutales et même sur des montures équatoriales. Grâce à ces innovations, le télescope de Dobson est devenu un instrument astronomique inédit. En plus d’être plus robuste, il peut à la fois servir à observation visuelle et à l’astrophotographie.

Partagez
Tweetez
Enregistrer