Comment se faire aider quand on est boulimique ?

À l’école il y a les infirmières, les psychologues scolaires, au sein de la famille, le médecin de famille, à l’extérieur, les centres médico-psychologiques et les associations spécialisées dans les troubles alimentaires. Tous ces professionnels ont la capacité d’orienter le malade vers la filière la mieux adaptée à sa maladie.

Les associations spécialisées dans les troubles alimentaires

II existe plusieurs associations, créées et animées par des professionnels ou par d’anciens patients. Ces associations proposent des lignes d’écoute téléphonique, des groupes de parole pour les personnes concernées par les troubles du comportement alimentaire ainsi que pour leurs parents et proches. Plusieurs sites Internet peuvent vous aider lorsque vous cherchez des renseignements ou du soutien.

Comment se faire aider quand on est boulimique ?

De quelle façon dompter la nourriture lorsqu’on est insatiable ?

Quand la réalité s’est convertie en un mal insoutenable, il est crucial de « casser la croute » d’une autre façon pour contrôler les problèmes de boulimie. Il ne faut pas manger beaucoup, mais il faut bien se nourrir. Il sera rationnel d’incorporer les protéines et les farineux, par petites doses. Pour l’emporter sur ce fléau, le Cookeo sera un compagnon vital pour élaborer prestement un festin sain et raisonnable.

Une prise de contact souvent difficile

Nous entendons souvent ce type de témoignage : « J’avais vu une émission à la télé qui parlait d’une association qui s’occupe des boulimiques. J’avais immédiatement noté les coordonnées, mais je n’osais pas appeler. Quand j’étais vraiment au bout du rouleau, je n’avais plus le courage de téléphoner et, quand ça allait mieux, je n’avais plus de raisons de le faire. J’aurais aimé que quelqu’un vienne me chercher mais quand ma mère me proposait d’aller voir un médecin, je refusais. Je ne savais pas ce que je voulais, sauf sortir de ce tunnel interminable. À plusieurs reprises, j’ai décroché le combiné, j’ai composé le numéro et puis j’ai raccroché. Une fois, j’ai même eu le temps d’entendre une voix douce et posée et j’ai senti mes larmes monter. Je me suis empressée de raccrocher, c’était trop dur. Mais j’ai essayé de nouveau le lendemain. Finalement, ça fait vraiment du bien de parler ».

Les différentes psychothérapies

II existe différentes méthodes de thérapie. Vous pouvez choisir des thérapies individuelles ou en groupe ou même combiner les deux. Le suivi individuel permet souvent d’aller plus en profondeur dans votre introspection, de comprendre les causes et les enjeux de votre maladie, l’engrenage qui est le vôtre. II vous permet d’avancer à votre rythme dans la voie de la guérison et le thérapeute peut suivre de près chaque étape de votre évolution. Le suivi est plus personnalisé qu’en groupe. Les thérapies de groupe, quant à elles, vous font bénéficier de l’expérience de ceux qui vivent la même chose que vous et vous font vous sentir moins seul. II existe un grand nombre de psychothérapies différentes. On peut faire une description des plus connues, mais il se peut que vous trouviez d’autres thérapies qui vous correspondent bien mieux.

Combien coûte une thérapie ?

Les prix varient selon les thérapeutes et les associations. Souvent, le thérapeute propose un prix en fonction de ce que vous pouvez payer. Vous avez un petit boulot qui vous permet de financer une séance de thérapie une fois par semaine à 30 euros, vous pourrez sans doute vous mettre d’accord avec votre thérapeute. Si vos parents vous paient la thérapie, peut-être sera-t-elle un peu plus chère. Si vous allez voir un psychiatre, il établira une feuille de soins et une partie de la consultation vous sera remboursée par la Sécurité sociale.

Mais il faut savoir que l’argent que vous apportez est aussi une façon de vous impliquer dans votre guérison, de vous motiver à bouger, à changer car, si vous payez 20 euros et que vous allez à la séance en dilettante, cela n’a pas de sens et ne vous apportera pas grand-chose. En revanche, si vous travaillez pour payer 50 euros ce moment privilégié qui vous aidera à sortir de la maladie, vous pourrez être davantage acteur de votre évolution. Le prix d’une séance pour un adolescent peut donc aller de 20 à 80 euros selon le lieu, la personne, les possibilités. Si vous sentez que cela ne vous convient pas, il vaut mieux en parler tout de suite. Plus les choses sont claires, plus vous aurez confiance en votre thérapeute.

Partagez
Tweetez
Enregistrer