SOS Morocco : Naissance d’une asso contre le tourisme sexuel des enfants marocains

Voici un sujet dont vous allez m’entendre parler de plus en plus sur ce blog : Le tourisme sexuel impliquant des enfants au Maroc.

Pourquoi vais-je en parler très souvent? Pour deux raisons principales:
La première étant que je suis marocaine, amoureuse de mon pays et de ses enfants et que de lire ou de voir ce que certains leur font subir fait bouillir mon sang dans mes veines…
La deuxième étant que je suis tombé par hasard au milieu d’un groupe de marocains qui comme moi, sentent cette indignation au plus profond de leur cœur et veulent faire de leur mieux pour que les choses changent.

Ce groupe de Marocains, en majorité résidant en Amérique du Nord, ont monté depuis à peine quelques semaine une association sous le nom SOS Morocco, qui œuvre à sensibiliser contre le tourisme sexuel de nos enfants, à mettre de l’avant les droits des enfants marocains à avoir une vie de dignité et de respect et à asspirer à un avenir meilleur.

J’ai été séduite tout de suite par leur vision, par leur dynamisme, et par leur dévouement… en quelques semaine, l’association est née, elle a des statuts, un site internet qui se construit à grande vitesse, des contacts qui débutent, des alliances qui se lient, un intérêt qui se suscite… une sorte de ruche bouillonnante d’énergie où tout un chacun y met du sien.

Tout semble à faire, mais tous ensemble les difficultés se montrent de plus en plus sumentables…

Allez faire un tour sur notre site: ICI

Visitez, faites un tour, lisez, visionnez, donnez moi ici même vos remarques, vos commentaires, les choses à améliorer selon vous, ce que cela vous insipre…
Signer une pétition disant non au tourisme sexuel de nos enfants, Oui à un tourisme sain : ICI

Et si le coeur vous en dit, joignez vous à nous… mettez-y du votre, un peu de votre temps, un peu de vos talents, un peu de votre passion …

C’est goute par goute que la rivière sort de son lit (Proverbe marocain)

Voici une des vidéos qui poussent à dire stop, il faut agir:

Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer